Coulisses
Percez les mystères dans plantes énigmatiques du Puy du Fou

Percez les mystères dans plantes énigmatiques du Puy du Fou

Alors que le Puy du Fou revêt actuellement ses couleurs d’automne, intéressons-nous aux plantes utilisées autrefois par les sorciers et sorcières, présentées au Grand Parc… 

Souvent pris pour cible par leurs contemporains, ces derniers détenaient en fait un véritable savoir-faire que l’imaginaire collectif a trop rapidement associé à des sciences occultes. Il nous reste aujourd’hui quelques héritages de ces connaissances.

Si les sorcières étaient parfois tourmentées, elles ont également su se jouer de la bêtise humaine ! En cachette, elles dispersaient des feuilles séchées de digitale pourpre dans le fourrage destiné aux vaches laitières, ce qui, après quelques jours, donnait un aspect très clair à leur lait, devenant alors non-comestible. Loin de se douter qu’elles en étaient la cause, les paysans faisaient alors appel aux sorcières, à qui il ne restait qu’à ôter les feuilles précédemment cachées dans le fourrage… Les voilà désensorcelées !

D’autres propriétés protectrices associées aux plantes faisaient également l’objet de fortes croyances. Le millepertuis, l’armoise ou encore la tanaisie étaient réputés pour protéger le foyer des mauvais esprits, tandis que des préparations à partir de bleuet, ou de valériane étaient supposées favoriser les rencontres amoureuses.

Mais ces femmes étaient avant tout des apothicaires, de véritables répertoires de connaissance des plantes et de leurs vertus… et méfaits. L’utilisation des poisons, difficilement détectables, était monnaie courante de tous temps. L’un des plus connus est la cigüe. Cette plante extrêmement toxique est d’ailleurs responsable de la mort de Socrate ! On compte également parmi les poisons mortels les plus répandus la chélidoine et l’aconit tue-loup.

Parfois utilisées à mauvais escient, les plantes sont pourtant capables de soigner les blessures du quotidien mais aussi les maux persistants. Parmi les plantes identifiées par les sorcières, de nombreuses sont désormais reconnues pour leurs bienfaits ! L’anémone a en outre des pouvoirs cicatrisants et anti-inflammatoires. D’autre part, la mélisse supposée fournir la protection est de plus un excellent anxiolytique. On comprend mieux aujourd’hui le sentiment de protection qu’elle favorisait au Moyen-Âge. De la même manière, le lotier, dont on disait qu’il apportait la clairvoyance, est maintenant recommandé pour les personnes sujettes à des troubles du sommeil grâce à ses propriétés apaisantes.

Nos jardiniers ont à cœur aujourd’hui de perpétuer ce savoir-faire et préserver ces espèces de plantes, que vous pouvez retrouver dans les jardins du Grand Parc à la Cité Médiévale ou au Village XVIIIème ! N’hésitez pas à les questionner lors de votre prochaine visite ;)

Partager cette histoire

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Les champs marqués sont obligatoires *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Posts relatifs

Pinterest

Instagram

Facebook

Suivez-nous sur Youtube