Animaux
Quand les fauconniers du Puy du Fou s’envolent en Afrique du Sud…

Quand les fauconniers du Puy du Fou s’envolent en Afrique du Sud…

L’Académie de Fauconnerie du Puy du Fou est engagée depuis de nombreuses années dans la préservation et la protection d’espèces menacées. Pour aller encore plus loin, une délégation puyfolaise poursuit cette mission sur le terrain dans les réserves de Madikwe, Dronfield et Mokala en Afrique du Sud jusqu’au 23 octobre prochain.

Comme chaque année depuis 2008, à l’appel du groupe de travail « Endangered Wildlife Trust », deux membres du Puy du Fou, Thierry Bouchet (responsable du spectacle « Le Bal des Oiseaux Fantômes ») et Romain Tourneux (responsable Anatidés et ULM), viennent prêter main forte aux équipes locales qui veillent tout au long de l’année sur les vautours à dos blancs africains dans leur milieu naturel.

Habitués à manipuler ces grands oiseaux, ils ont pour mission de visiter l’ensemble des nids présents dans les réserves naturelles pour réaliser un état de cette population de vautours. A cette époque de l’année, les jeunes bébés sont âgés de 1 à 2 mois. Les fauconniers se chargent donc de les baguer afin de les répertorier. Une balise télémétrique est placée sur les plus gros spécimens, ce qui offre aux chercheurs la possibilité par la suite de suivre le déplacement des oiseaux.

Ces actions sont d’une importance capitale pour mieux connaitre le comportement de cette espèce, son évolution, répertorier les naissances et identifier les causes de mortalité. Depuis sa mise en œuvre, le groupe de travail « Endangered Wildlife Trust » a ainsi pu alerter les autorités du fort déclin du nombre de vautours à dos blancs africains dont la population mondiale est estimée aujourd’hui à 270 000 individus.

Le Puy du Fou collabore avec le Programme d’Elevage Européen, mis en place depuis cette année, qui vise à favoriser l’élevage des jeunes vautours, conserver leur patrimoine génétique dans l’objectif d’une éventuelle réintroduction dans la nature, ou d’un renforcement de la population sauvage.

Participer à ces actions sur le terrain permet aux spécialistes du monde entier (scientifiques, gardes de réserves naturelles, vétérinaires et institutions zoologiques) de mettre en commun toutes les informations collectées sur ces espèces, d’échanger sur les différentes techniques d’approche et de mettre en place de manière concrète un programme de protection et de sauvegarde des vautours à dos blanc africains. Les équipes implantées dans les réserves naturelles enseignent ainsi le comportement observé de chaque espèce et sollicitent, comme c’est le cas aujourd’hui, l’aide des institutions zoologiques internationales élevant des oiseaux pour faire croître de nouveau le nombre d’individus à l’état sauvage.

Le Puy du Fou compte aujourd’hui 6 vautours de cette espèce. Deux individus sont présentés en spectacle et 2 couples sont engagés dans un programme de reproduction. Nos fauconniers espèrent ainsi pouvoir participer à la sauvegarde de cette espèce et réintroduire, dans les années à venir, des petits vautours à dos blanc africains dans les plaines sauvages d’Afrique du Sud !

Partager cette histoire

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Les champs marqués sont obligatoires *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Un commentaire

  1. Christen

    15/10/2016 à 19:24

    Continuez vous faites des choses magiques …magnifiques …..vous apportez les rêves jusqu’aux portes de nos cœurs MERCI

    Répondre

Posts relatifs

Pinterest

Instagram

Facebook

Suivez-nous sur Youtube