En octobre 2016, nous vous présentions deux nouvelles petites recrues « Musher et Meskil », qui découvraient pour la première fois la scène des Vikings. Ces chiens-loups Tchèques avaient alors suscité l’admiration sur nos réseaux sociaux et… on comprend pourquoi !

Un an et demi s’est écoulé depuis leur arrivée. Musher, dont le nom réfère à son attitude de leader solitaire, et Meskil, nom inspiré d’un drakkar scandinave, ont pris du muscle… et des poils ! Ils font désormais partie des 10 chiens qui vont se relayer durant les plus de 600 représentations prévues en 2018.

Retour sur une formation « Made in Puy du Fou »…

Des premiers pas sans contraintes

Jusqu’à l’âge de 6 mois, Musher et Meskil ont vécu une enfance de rêve. Imaginez : balades, rencontres, jeux et surtout… aucune interdiction ! Le but durant cette période était de les sociabiliser au maximum pour qu’ils s’habituent à l’homme et à l’environnement.

« Lorsqu’ils sont tout petits, ils doivent prendre confiance en eux et en nous. Si nous les contraignons, ils prennent peur et se mettent à douter, ce qui les poursuivra toute leur vie ! » indique Guillaume, maître-chien au Puy du Fou.

Alors que la saison 2017 battait son plein, les deux compères ont suivi une formation durant laquelle ils ont appris à reconnaitre leur prénom et à répondre à des ordres simples : assis, debout, couché… Cette phase est très importante car elle fixe les bases d’un bon dressage. Ils apprennent ainsi à bien se comporter avec un maître-chien attitré, puis avec les autres membres de l’équipe afin de pouvoir entrer en scène quel que soit le partenaire, humain ou animal.

L’heure de l’entrainement

Au bout d’un an de formation, ils ont enfin pu s’entraîner à traverser la rivière et à se poster sur le rocher, en avant-scène du spectacle. Ils assistaient également depuis les coulisses à quelques représentations. S’habituer à la musique, au rythme du spectacle, savoir cohabiter avec les chevaux, voir courir un Viking avec des cornes… autant d’éléments que Musher et Meskil devaient alors banaliser avant leurs débuts d’acteurs.

L’hiver a ensuite été l’occasion de poursuivre le travail d’obéissance, accompagné de promenades quotidiennes dans le Grand Parc : parcours dans le Bourg 1900 et exploration du Fort de l’An Mil…

Le début de saison approchant, le mois de mars fut dédié à la rencontre avec les différents acteurs et aux véritables répétitions sur la scène du spectacle ! Ces dernières se déroulaient avec l’arrivée progressive d’éléments « perturbateurs » pour préparer les chiens-loups et s’assurer de leur concentration : musique, scènes de combats, passages de chevaux… Seule manquait la tribune et ses 3 000 spectateurs.

Une méthode douce

Comme tous les animaux du Grand Parc, le bien-être des chiens est primordial dans leur méthode d’apprentissage ! L’animal ne doit pas obéir par la contrainte mais pour faire plaisir à son maître. C’est d’ailleurs pour cette raison que Guillaume et son équipe ne récompensent jamais par de la nourriture mais toujours par des caresses et des jeux.

La première entrée en scène

En cet après-midi d’avril, Guillaume et son équipe sont très confiants. Les chiens connaissent leur scène par cœur et les dernières répétitions se sont très bien déroulées. Le facteur « public » reste cependant à appréhender…

16h34 : L’entrée sur scène se passe sans encombre pour nos deux partenaires. Mais à son arrivée sur le rocher, Musher est quelque peu intrigué par les spectateurs et parcourt la tribune du regard. Pas de quoi impressionner notre grand professionnel ! Le regard bienveillant des acteurs qu’il connait si bien le conforte dans son rôle et nos deux acolytes finissent remarquablement leur scène sous le regard émerveillé du public.

De retour en coulisses, Musher et Meskil rejoignent leurs compagnons à 4 pattes habituels mais aussi… Niklas et Nakaï, les deux nouvelles recrues âgées de 6 mois qui rejoindront le spectacle des Vikings dans 2 ans ! Affaire à suivre… 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here