« Citoyens ! Citoyens! … » La voix de l’intransigeant Gouverneur retentit dans le « Stadium Gallo-Romain » et les 7 000 spectateurs n’ont qu’une hâte : découvrir qui a osé défier Rome !

« C’est moi ! » réplique Damien, ou plutôt Willy car, depuis quelques semaines, c’est lui qui incarne le héros du « Signe du Triomphe » ! Et parce qu’il n’y a, a priori, pas de BTS ou BAC Pro spécialité « Centurion Romain », nous sommes allés à la rencontre de ce cascadeur pour en savoir plus sur sa formation spéciale « Puy du Fou » !

 

L’entrée dans l’arène !

Habitué des salles de sports et grand cinéphile, Willy a naturellement rejoint le Grand Parc il y a 2 ans. « Pour moi, le Puy du Fou regroupait toutes mes passions : un mélange d’action, de sport et de comédie. J’ai forcément tout de suite adhéré ! ». Il a alors fait ses armes dans des rôles de figurants comme « Garde Noir » avant que son physique d’athlète et ses capacités sportives ne l’amènent à devenir l’un des puissants gladiateurs.

« Ce qui est génial au Puy du Fou, c’est que nous pouvons évoluer rapidement ! On m’a aussi proposé, dès ma deuxième saison, de devenir Gouverneur ! ».

Cette fois-ci, il a fallu réaliser un vrai travail de théâtre pour savoir maitriser ses expressions, appréhender la proximité et le jeu avec le public. Et pour mener cette formation, rien de mieux que de se référer à un acteur aguerri de nos spectacles : Mathieu Monnereau, qui interprète le rôle du Gouverneur depuis déjà plusieurs années !

 

La transmission du savoir-faire

Quand en novembre 2018, on propose à Willy d’endosser un nouveau rôle, la pression n’est plus la même ! Il s’agit cette fois-ci d’incarner le héros emblématique du « Signe du Triomphe » : Damien. L’hiver fut long et il admet que cette idée lui a parcouru la tête plus d’une fois… par jour !

« C’était un véritable défi pour moi car, jusque-là, je n’avais interprété que des rôles de « méchant » » plaisante-t-il.

 

Durant le début de saison, tous les temps hors spectacles de ce « nouveau-gentil » étaient ainsi dédiés à la préparation. L’objectif était de pouvoir représenter du mieux que possible le fameux centurion.

Retour donc en formation… théâtre ! Toujours avec Mathieu, Willy a dû apprendre à gommer de son visage toutes les expressions trop agressives qui caractériseraient davantage le rôle du Gouverneur. Florent Monnereau, responsable des combats, lui a ensuite enseigné la chorégraphie millimétrée de la scène des gladiateurs mais, cette fois-ci, côté « Damien » ! Il a fallu enfin tout vérifier lors de « filages »* pour tester, en conditions réelles, ses aptitudes à mener le spectacle. Plusieurs mois ont été nécessaires pour le former à toutes les disciplines que requiert ce rôle !

 

Le grand jour !

En cet après-midi de juillet, la tension est toute autre ! Les immenses portes du « Stadium Gallo-Romain » s’ouvrent et 7 000 paires d’yeux se braquent directement sur Willy.

 

 

« J’ai ressenti un énorme pic d’adrénaline et puis, je me suis lancé. Les premières minutes étaient très particulières. Pour être honnête, j’étais tellement concentré et un peu stressé que je ne me souviens même plus de la parade (rires) ! »

Le spectacle s’enchaîne ensuite sans accrocs et, sous les 35° de cette canicule de juillet, il appréhende particulièrement le combat. C’est en effet une scène très intense. Il la connait par cœur et a répété chaque geste des centaines de fois ! Au centre de la Spina, l’atmosphère se durcit avec l’arrivée des gladiateurs. Willy se lance pour les 3 minutes de combat qu’il réalisera… en apnée !

« C’est quelque chose de classique au départ lorsque l’on veut bien faire et que l’on a peur de se tromper. Mais, depuis, ça va beaucoup mieux et je maitrise parfaitement mon souffle. »

 

 

Plus habitué à se faire malmener en tant que Gouverneur ou gladiateur, il apprécie désormais le jeu d’acteur avec ses partenaires de scène comme Soline. Etre le personnage principal lui permet aussi de tisser un lien particulier tout au long du spectacle avec les visiteurs, notamment les plus jeunes dont les cris d’encouragement se font souvent entendre.

« Les enfants nous poussent à donner le meilleur de nous-même ! J’aime bien chercher leur regard dans la tribune pour créer de l’interaction avec eux. Ils font ainsi partie du spectacle. Ils se sentent privilégiés… et moi aussi ! »

Une fois le spectacle terminé et que la parade, le combat, la course de chars ou encore le final se sont parfaitement déroulés, il est temps de raccrocher l’armure et de redevenir soi-même.

« C’est un sentiment assez bizarre. Je ressens réellement la transition car j’ai incarné pendant 42 minutes le rôle de Damien et à cet instant précis, je redeviens Willy. »

 

Formé intégralement par les équipes du Grand Parc, Willy doit maintenant transporter les plus de 2,3 millions de visiteurs du Puy du Fou au cœur… de l’Empire Romain ! Bien loin finalement de sa Bretagne natale…

 

*Filage : répétition d’un spectacle en conditions réelles, sans spectateurs.

 

 

 

 

 

4 Commentaires

  1. Quel belle progression!!! Ça donne envie d’être à sa place!! Je ferai n’importe quoi pour avoir des cours de théâtre de qualité et joué après au Puy de Fou!!!!

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.