Fermez les yeux et imaginez-vous quelques instants au « Fort de l’An Mil », tranquillement installés au pied du Donjon monumental. Quand tout à coup, l’ombre menaçante d’un terrible Viking se dessine par terre à quelques mètres de vous…

Si à ce moment précis, nous vous demandions de décrire cette silhouette, il y a de fortes chances pour que, tout en haut d’un visage aux traits durs, se glissent deux excroissances pointues… le fameux casque à cornes viking !

Au risque de décevoir certains d’entre vous, il n’existe aucune preuve historique attestant que les Vikings puissent avoir porté de tels casques ! Entre le VIIIème et le IXème siècle, leurs casques étaient en fait principalement constitués de métal ou cuir bouilli et présentaient parfois une protection nasale et des lunettes.

Historiquement, des ornements en corne animale ont été portés dès la Préhistoire lors de cérémonies religieuses ou rituels. Il est ainsi plausible que les Vikings aient aussi arboré occasionnellement ce type de casques dans les mêmes circonstances, mais pas durant les combats.

À bien y réfléchir, un casque à cornes est plutôt encombrant… Pas vraiment pratique pour les batailles car, en plus de son poids, il offrait une prise de choix aux adversaires pour briser les cervicales du pauvre Viking !

 

Mais alors qui leur a fait pousser des cornes ?

 

Cette représentation est fortement ancrée dans la culture populaire depuis 150 ans. Ce sont en réalité des artistes de l’époque romantique qui ont eu l’idée d’associer un casque à cornes à ces guerriers venus du Nord. On les retrouve ainsi vêtus en 1876 dans l’opéra de Wagner « Der Ring des Nibelungen » dont l’histoire porte sur la mythologie nordique. L’immense succès de cette œuvre a ainsi participé à la diffusion de cette image dans l’esprit du grand public.

Ces casques n’ont toutefois pas été inventés de toutes pièces par les artistes romantiques puisqu’on trouve dans l’iconographie de l’époque viking des exemples de casques surmontés de corbeaux ou de sangliers stylisés. Les casques à cornes seraient donc une version simplifiée de casques de parades ayant réellement existé.

Matrice de bronze de Torslunda datant de l’âge de Vendel (550-793). Elles représentent des guerriers et dieux nordiques arborant des casques ornementés d’effigies de sangliers et d’oiseaux;

 

Et au Puy du Fou ?

 

Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre que le Puy du Fou est une œuvre artistique.

Ses créations originales puisent leur inspiration dans le légendaire et l’imaginaire collectif, mis en scène au service de l’émotion. Il ne s’agit donc pas de reconstitutions historiques au sens scientifique du terme mais d’un voyage dans le temps poétique et artistique, à l’instar des grands films romancés du cinéma.

Dans la culture populaire, le casque à cornes fait partie intégrante de l’image du Viking et, pour inscrire le spectacle dans le légendaire, l’équipe artistique a intentionnellement décidé de représenter nos Vikings tels qu’ils existent… dans la tête de nos visiteurs. Cette originalité permet également de faciliter la compréhension de l’histoire et d’identifier de manière claire les différents protagonistes.

Pour l’anecdote, à la création du spectacle en 1997, les costumes de nos Vikings étaient bien plus proches de la réalité historique et aucune corne ne venait hérisser leur couvre-chef. Et c’est bien ce qui troubla les premiers spectateurs qui ne reconnaissaient pas la silhouette terrifiante de ces pilleurs scandinaves…

On retrouve exactement les mêmes astuces dans le monde du 7ème art pour guider l’œil du spectateur. Outre les Vikings et leurs casques à cornes, les rois du Moyen-Age sont presque toujours affublés d’une couronne alors qu’en réalité, ils ne la portaient qu’à l’occasion de cérémonies bien précises ! Mais ça, c’est une autre histoire…

Vous savez tout ! Vous pouvez désormais faire croire à vos proches que vous l’avez toujours su et nous vous autorisons même à répondre à tous ceux qui, sur les réseaux sociaux, s’amuseraient (encore) à nous le faire remarquer. 😉

Et à tous les déçus : rassurez-vous ! [ALERTE SPOILER] Avec ou sans cornes, Aldéric et Sybèle ne laisseront, cette année encore, aucun répit à ces terribles guerriers du Nord et défendront avec courage les portes du « Fort de l’An Mil » !

1 Commentaire

  1. Merci pour l’information 🙂
    J’ai plaisir à imaginer que les répétitions de vos spectacles sont en cours …..afin que nous puissions éprouver tant de plaisir lors de notre prochaine venue en 08/21

    Longue vie au Puy du Fou, avec ou sans corne 😉

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.