Au Puy du Fou, il n’y a pas que les cigognes qui apportent les bonnes nouvelles, les gypaètes barbus aussi !

Le 10 avril dernier, notre jeune couple de gypaètes barbus a vu éclore l’œuf dont ils prenaient jusqu’alors grand soin.

 

Petit gypaète barbu

 

S’agissant du premier bébé de notre couple, une vigilance toute particulière lui a été accordée. Un soutien de la part de notre équipe concernant la transmission de ses repas ou encore la réalisation de sa pesée quotidienne a ainsi pu être organisé. Chaque jour, matin et soir, Johannes, en charge du suivi quotidien des oiseaux aux côtés de l’équipe, a pu guider les parents de notre jeune gypaèton, afin d’assurer la bonne santé et la bonne croissance de ce dernier.

 

Une entraide et des conseils avisés !

A l’échelle européenne, toutes les naissances d’oiseaux dont l’espèce est fortement menacée sont signalées à un coordinateur spécifique.

Notre équipe a alors échangé, dès la ponte de l’œuf, avec Alex Llopis, le coordinateur du programme européen ex-situ de l’espèce (en charge de la préservation de cette dernière) rattaché à la Vulture Conservation Foundation . Fort de son expérience et riche de ses connaissances, Alex a pu conseiller notre équipe dans le cadre du suivi de la petite famille.

 

De la forêt centenaire du Puy du Fou au Parc Naturel Régional des Grands Causses !

Comme de nombreux français en période estivale, notre équipe a pris la route, le 12 juillet dernier, direction l’Occitanie ! Mais l’objectif de ce voyage était bien différent et d’une haute importance : réintroduire le premier gypaèton né 3 mois auparavant au Puy du Fou dans les Grands Causses et sa nature généreuse !

 

Cavité de Pradines

 

C’est ici, au cœur d’un environnement préservé, que Thierry BOUCHET, Responsable de l’Académie de Fauconnerie, accompagné d’une partie de l’équipe (dont Johannes !), est venu transmettre le relais du suivi de notre jeune femelle gypaète barbu à l’équipe de la LPO Grands Causses. Cette équipe, aux côtés des différents acteurs du programme LIFE de l’espèce (GYPCONNECT) a désormais la responsabilité du suivi de notre jeune protégée à plumes.

Pour lui souhaiter la bienvenue, un prénom choisi par les écoles locales lui a été donné : elle s’appelle Pradines ! Une jeune éleveuse de brebis passionnée par ces majestueux oiseaux est également devenue sa marraine de cœur.

Relâché de Pradines

A plusieurs centaines de mètres du nid où Pradines a trouvé refuge (une cavité sécurisée), des experts gardent un œil bienveillant sur elle. Dû à son jeune âge, Pradines ne maitrise en effet pas encore tout à fait l’art délicat du vol. Patience, patience !

Chaque jour, dans une vire de taquet située en pleine nature, elle y peaufine ses battements d’ailes et s’entretient le plumage en prévision du grand décollage. Trois heures d’entretien de ses jolies plumes et 219 battements en une journée : un bon début pour une envolée prochaine.

T. Bouchet

En prévision de cette grande étape, une balise GPS a pu être posée sur son dos. Ainsi, ses premiers trajets pourront être suivis avec assiduité et sécurité.

Depuis le 12 juillet dernier, Pradines semble s’être habituée comme il se doit à son nouvel environnement et se prépare petit à petit pour le grand jour du premier envol !

Peyre, jeune gypaète précédemment relâché lui rend même régulièrement visite … comme une invitation à la prochaine étape ! 😉

D’ici peu, Pradines pourra ainsi voler vers de nouveaux horizons pour faire perdurer la présence de son espèce dans cette région au patrimoine naturel exceptionnel…

Toute l’équipe du Puy du Fou et ses confrères* souhaitent un bon voyage à Pradines ! 😃

 

 

 

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.